Mali: IBK inflige une cuisante défaite à la CEDEAO dans sa mission Featured

Written by  Aoû 27, 2020

Le président Ibrahime Boubacar Kéita a finalement disjoncté le compteur de la Cédeao à qui il fait savoir que, sa page est tournée et il n'accepte plus les sanctions de l'institution à l'encontre de son peuple. L'ex-président du Mali aurait dit aux émissaires de la CEDEAO qu’il a démissionné de lui-même en toute responsabilité et qu’il exclut toute idée de revenir au pouvoir.

La moisson n'est pas porteuse d'espoir pour Goodluck Jonathan et sa délégation en mission pour la Cédeao au Mali. Cette institution sous régionale qui, aux premières heures de la mutinerie qui a contraint IBK à la démission, a vite pris des sanctions à la va vite, a finalement mordu hameçon. Sans chercher à aller de l'acte posé par les soldats maliens. En voulant faire le forcing enfin de faire bouger les lignes et tirer le drap vers le président démissionnaire, la Cédeao a reçu un bon gifle de l'ex-président IBK. Ce dernier qui a été rencontré par la mission conduite par le nigérian, Goodluck Jonathan n'est pas du tout d'avis de la position de la Cédeao. Il a exprimé clairement sa position.

Pour IBK, l'imposer à son peuple n'aura pas lieu ici et maintenant. "J'ai démissionné de moi-même en toute responsabilité et toute idée de revenir au pouvoir est à écarter", a fait savoir M IBK.
Cette position d'IBK fait dire à plus d'un que, la mission de la  Cédeao pour la énième fois tombe dans les dunes du désert et au finish, l'institution est dans l'obligation d'assouplir les choses. La Cédeao pourra prendre quelques décisions mineures qui en réalité, n'auront pas d'impacts. Car, certains pays comme la Russie, la Chine, le Maroc, l'Algérie et la liste est longue apportent leur soutien sans faille à la junte. D'ailleurs, les pays ont promis en cas du maintien des sanctions de la Cédeao,qu'ils ne sont pas obligés de respecter l'embargo.

La seule chose que la mission peut dit avoir, reste la promesse faite par la junte de libérer IBK. Sur ce point, la mission a reçu la promesse de la Junte d’autoriser  le président Ibrahim Boubacar Keita à rentrer chez lui et d’accepter qu’il se rende à l’étranger pour se soigner s’il le souhaitait. Cependant, on apprend que, la Junte aurait demandé aux émissaires de la CEDEAO de garantir que l’ex-président président Ibrahim Boubacar Keita  rentrerait au pays pour répondre à l’appel, si besoin.

Autre point d’achoppement: Qui pour diriger la Transition?.

La CEDEAO propose un civil ou un militaire à la retraite tandis que la Junte propose un militaire en activité, notamment un acteur du coup d’État à la tête de la Transition. Les négociations sont restées à ce stade.

Les émissaires de la CEDEAO ont promis de faire le compte rendu au Chefs d’État de l’Organisation sous régionale lors de la visioconférence qui se tiendra selon les dernières informations, demain vendredi.

Pour ce qui concerne les autres personnalités détenues, la Junte a décidé de les libérer, selon l’évolution de la situation sur le terrain.

Par notre point focal au Mali, Dembélé Isaïe

Togotimes, L'information en temps réel


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on jeudi, 27 août 2020 09:46

Infos Sport

Conseils des Ministres

Facebook

Calender

« November 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30