Le président ivoirien considère  Guillaume Soro  comme son fils qui a beaucoup appris à ses côtés. Seulement, le président a précisé dans une interview n'avoir aucune nouvelle  de celui qu'il appelle fils.

Le président Alassane Ouattara tient à son Eco et soutient qu'il n'y a pas de désaccord. En marge du Forum Royaume Uni-Afrique qui se déroule en Angleterre depuis le lundi 20 janvier 2020 auquel il participe, M Ouattara s'est prononcé sur les incompréhensions qui alimentent le débat.

Lundi dernier, le décès de Issaika Ouattara dit Wattao a secoué la Côte d'ivoire. Evacué d'urgence de Maroc pour les USA, l'ancien comzones de Bouaké n'a pas survécu.Un décès qui a fait sortir trois personnalités à savoir  Alassane Ouattara, Soro Guillaume et Hamed Bakayoko qui ont fait des révélations. Wattao, cet ancien Judoka de haut niveau est mort, dans la soirée du dimanche 5 janvier 2020, alors qu’il se soignait à New-York aux Etats-Unis d’un diabète aigu.Voici le programme de son enterrement

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé lundi à Abidjan une réforme de la constitution ivoirienne dans le courant du premier trimestre de l'année 2020. Il n'a cependant pas donné davantage de précisions sur les modifications constitutionnelles envisagées. Le président ivoirien entretient le mystère sur une éventuelle candidature à un troisième mandat. Il a annoncé qu'il serait candidat si Henry Konan Bédié et Laurent Gbagbo se présentaient.

L’empire de la terreur croît sans limite perceptible notamment depuis le 23 décembre 2019 en Côte d’Ivoire. Dans ces conditions, les questions qui suivent s’imposent : que signifie cette escalade débridée du pouvoir contre le peuple de Côte d’Ivoire ? Qui peut encore sauver le despote Ouattara de lui-même, en l’arrêtant dans son ire tragique pour ce pays qui n’a que trop souffert de son narcissisme incendiaire ?

Alassane Ouattara a mis ses deux pieds dans une situation.Coincé, l’archevêque métropolitain d’Abidjan, le Cardinal Jean-Pierre Kutwa lui demande de façon humble, de gracier les proches de Guillaume Soro, emprisonnés la semaine dernière pour trouble à l’ordre public. Selon le Cardinal Jean Pierre Kutwa, il y’a pour nous urgence aujourd’hui, de donner des signes qui vont dans le sens de l’apaisement. C'était lors d'une messe pour la paix. Le couple présidentiel, le premier ministre étaient là.

Entre Alassane Ouattara et son ex président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, l'une des personnalités qui ont eu à oeuvrer pour que l'actuel président ivoirien soit là où il est actuellement, c'est le jour et la nuit. Le premier veut en découdre avec le second sous des prétextes fallacieux le tout avec l'esprit de manipulation des consciences. Aux yeux de certains dirigeants africains, eu égard à la réalité du Sahel qui fait face aux terroristes qui s'organisent, il faut jouer à l'apaisement avant qu'il ne soit trop tard. Car, comme on le dit souvent, lorsque la case de voisin brûle, il faut aller en soutien pour aider à éteindre le feu. Idée de convaincre Alassane Ouattara à éviter ce bras de fer qui, au finish pourra lui être un coup fatal. Mais.....

L'ancien président de l'assemblée nationale de la Côte d'ivoire n'est pas homme à se taire malgré  mandat d'arrêt internationan fabriqué et lancé par le pouvoir dictatorial d'Alassane Ouattara. Ce dernier n'est pas digne de confiance. Et c'est ce que révèle Guillaume Soro avec des mots clairs: "Je me suis trompé sur Ado et je le reconnais humblement. Je n’avais pas imaginé que le FMI formait des autocrates".

Sac au dos, porte monnaie, colis etc. Ce sont les bagages du FCFA qui s'en vont enfin.  Pourtant, son départ ne dit rien aux africains, car c'est du blanc bonnet. Mais, la question qui taraude les esprits, est de savoir si c'est réellement le vrai départ définitif ou bien, un départ orienté avec des guides qui vont télécommander. Adieu, l'argent de "malheur"

D'après l'Inter, "un proche collaborateur d'Alassane Ouattara croit savoir que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (Fmi) est plongé dans un sérieux embarras. « Faire acte de candidature à la présidentielle l'exposerait à la vive critique, voire à la contestation, non pas seulement de ses opposants internes, mais aussi d'une certaine opinion africaine qui considère que les grands conflits sur le continent partent de la tentation du 3ème mandat. Se lancer dans la course pour la présidentielle de 2020 serait d'autant plus risqué pour Alassane Ouattara qu'il s'est bâti l'image d'un dirigeant moderne, peu enclin à s'accrocher au pouvoir". Lecture

Page 1 of 5

Infos Sport

Facebook

Calender

« January 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31