Le mois du consommer local emballe la cinématographie togolaise Featured

Written by  Oct 21, 2020

La promotion du consommer local au Togo prend en compte, la culture togolaise plus précisément le secteur de la cinématographie. Pour faire connaître davantage  ce secteur, le ministère du commerce, de l'industrie et de la consommation locale en collaboration avec le ministère de la culture et du tourisme passent au peigne fin, la cinématographie togolaise.

"L'état de lieux de la production et de la consommation cinématgraphique au Togo". C'est le thème qui  est partagée avec la presse  le 21 octobre 2020 à Lomé. Cette rencontre avec la presse se veut une occasion pour les acteurs du domaine de faire l'état des lieux de ce qui a été fait depuis 1975, année qui a marqué la première fiction signée d'un togolais et qui a marqué le début de la cinématographie nationale.

S'il est vrai que, le cinéma togolais existe, l'on ne doit pas perdre de vue, son handicap reste la chaîne de valeur de la filière cinéma qui va de la création-de la production, de la distribution ou commercialisation à la consommation. Que faire donc pour la chaîne suit son cours normal? C'est à cette réflexion qui a été partagé avec la presse.  

Pour Koutom Essohanam, directeur  général de la cinématographie, la rencontre avec les hommes de médias permet de faire connaître l'institution, la direction nationale de la cinématographie, enssuite faire connaître les productions togolaises. Et l'état des lieux exposé a démontré que les productions togolaises. "A travers cette conférence, nous avons démontré qu'il y a énormément de productions sauf qu'elles ne sont pas connues", a indiqué M Koutom.

Selon M Koutom, suite à un appel lancé, une cinquantaine de films retenus. Dès que une commission qui va s'occuper du choix, plus d'une dizaine de films seront retenus pour diffusion dans les médias.

Nicolas-Etienne SOHOU N'GANI, ingénieur culturel, spécialiste en gestion des industries culturelles et créatives, spécialistes des questions relatives au cinéma togolais, pense qu'il important qu'on accompagne le secteur du cinéma. Le secteur du cinéma dira-t-il, est un canal qui n'est pas négligeable même dans l'éducation, dans la consommation locale. Avec le cinéma, on peut faire la valorisation des habits du terroir, des costumes, du dzcor, du tourisme etc. C'est important parce que, c'est un secteur d'activité comme tous les autres. "Derrière tout un film, c'est toute une chaîne de travail; soutenir le  cinéma revient donc à promouvoir l'emploi parce que, la production d'un film peut réunir un nombre important de personnes", a laissé entendre M Narcisse-Etienne SOHOU N'GANI.

Pour petit rappel, au Togo, le début de la production cinématographique nationale date de 1975. Il est marqué par l'oeuvre fiction du Togolais Jacques Do Kokou. L'oeuvre fiction a une durée de 45 minutes intitulée "Kouami" qui parle de l'exode rural. Après l'oeuvre fiction, il a fallu 20 ans, 1995 pour qu'une seconde oeuvre "Kawilasi" soit réalisée par un autre togolais, feu Kilizou Abalo.
D'autres oeuvres vont suivre par après dans des décors et avec des acteurs togolais mais par des réalisateurs non togolais. Mais, la courbe est inversée puisque, à partir de l'année 2000, une nouvelle dynamique croissante est remarquée dans le secteur. La nouvelle ère va voir la réalisation du premier feuilleton "Yon Taba" du feu Batila Talakaena. S'ensuivra une vague de productions qui marquent la renaissance d'un cinéma togolais longtemps en veilleurse.

TGT

Togotimes, L'information en temps réel


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on mercredi, 21 octobre 2020 21:48

Infos Sport

Conseils des Ministres

Facebook

Calender

« November 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30